vendredi 10 juin 2011

Héroïsme quotidien et ingratitude

Pour peu il nous la joue "Je suis Batman".

Faut être très sûr de soi pour écrire ce genre de truc dans les circonstances.

Faut aussi avoir un sale coeur de pierre pour juste exprimer ses sympathies à la famille d'une victime...

2 commentaires:

Bakouchaïev a dit…

«Nous, les policiers, devons travailler quotidiennement avec les individus les plus fragiles de la société, avec ceux dont personne ne veut dans leur environnement?: itinérants, membre du Black Bloc, prostituées, gang de rue, motards, agresseurs sexuels, malades mentaux»

Ce bout là, c'est de l'or en barre. Sinon il défend sa profession et les gestes de ses confrères. Je dis pas que c'est bien, ce n'est pas surprenant. Je suis supris qu'il n'est pas rajouté à quel point c'est un sacrifice qu'il fait pour le bien de la société. C'est le même discours qu'on entend dans l'armée (nous sommes des héros) et chez les politiciennEs (quel métier ingras!).

Sinon, il dit clairement que pour défendre sa vie, il est prêt à tout, que ses propres intérêts passent avant ceux des autres. 99.9% de la population est comme ça. Je sais que tu ne seras pas d'accord, mais bon.

Sinon son opinion sur les itinérants et les marginaux est crissement répandue. Ça rend pas le discours plus acceptable, mais ça le met en contexte.

Ce n'est pas pour rien que la police a l'appui de la population.

agitateur a dit…

Intéressant. Il y a beaucoup d'encre sur les policiers et la police dans son ensemble.

Mais seulement une phrase pour Mario Hamel : « itinérant aux troubles psychologiques ».

Y'a pas une seule question soulevée à savoir pourquoi l'itinérance, pourquoi les troubles psychologiques, pourquoi lui ?

Je hais ce positivisme à considérer le monde actuel comme étant le réel éternel : « c'est comme ça, faut gérer comme on peut ». Ça vient pas du ciel l'itinérance et encore moins les troubles mentaux.

Bande de trous du cul.