dimanche 31 mars 2013

"When the Spectacle Continues Backstage…"

Version anglaise du texte "Quand le spectacle se poursuit en coulisses", via jesuisfeministe.com

When the Spectacle Continues Backstage…

There are two Histories the official History, which lies, and is taught, and the secret History, where the veritable causes of events are, a shameful History. (Lost Illusions – Honoré de Balzac)

After having struggled for months against the inequity of the social distribution of economic capital, it has become clear that the struggle must from now on also continue on the terrain of other forms of capital: symbolic, cultural, political. It is the time to write History, laying the foundations of the legitimacy of accounts that already jostle each other, gently, of course, in a bookstore near you. Or at the Lion d'Or, site of the launch of From School to the Street: Backstage on the Student Strike, a book cowritten by Philippe Éthier and Renaud PoirierSaintPierre, elected respectively on the executive committee of ASSÉCLASSE, and press attaché on the media committee of the latter.

How did they do it?

According to its authors, the objective of the book, whose birth we celebrate today, is to disseminate the different practices put forth during the strike such that they can guide future generations. Different debates and internal conflicts were voluntarily erased to produce the most consensual account possible. Do we really imagine that what said future generations need is a heap of generalities, a factual chronology of events, and their technical organization? In order to avoid repeating the same errors and to permit a sound politicization, it is to the contrary essential to display the contradictions, the impasses, and the internal conflicts that marked the strike.

But this voluntary silence is not a first. Inside the strike movement (before, during, and after), critical approaches were for the most part devalued. It's then that this "consensual" production is disturbing in that it is built on the concealment of ideological debates between political tendencies, debates that became so difficult and disturbing. From the different perspectives that we occupied during the strike of 2012, it is impossible to advance a consensus around mechanisms that worked well to build a mass mobilization and a structure that supports and feeds it. The set of reflections and analyses concerning the political practices of CLASSE that the authors present, based on their specific position in the movement, is not neutral. It results from a selective operation that retains and ties together a very thin fragment of reality: that of the victors who today publish and privatize their account of the strike, with Écosociété[ 1].

The violence of a "consensual" history

In silencing the plurality of political realities, the lived suffering, and the strategies of internal repression of different political tendencies, the authors feed and encourage the propagation of acritical practices within the movement. Quieting initiatives to transform historical social relations (of gender, of class, of race) is a fundamentally violent position.

Only one page of the book is dedicated to the feminist principles of ASSÉ-CLASSE, one page that hardly has time to take up the widely documented mass resignations from two committees for which the principal motive was the reproduction of relations of power. The book does not tell us why at the only feminist demonstration of CLASSE almost everyone was arrested. Neither do we learn how Philippe Éthier and Gabriel NadeauDubois asked a member of a CLASSE committee to resign and to conceal her involvement when she faced criminal charges. Neither presented are the feminist critiques that were addressed to their executive team. In fact, the "feminism" section is so consensual that it no longer bears almost any resemblance to the experiences of feminist activists in the strike. However it is among others their initiatives that made it possible to give life to the strike, to mobilize people, to organize, to make sure to make it more inclusive. They are key actors behind the stage of the strike, a backstage of occasional turbulence between activists.

In brief, the authors fought on their own side, atop the pyramid that they built. It is not only tactical disagreements that we have with them, but rather profound tensions between two different modes of struggle. But can we really be surprised that a women's History written by men sounds all wrong? We are not the first to say it: consensual History is a violent history of the privileged, where discordant voices do not have a place.

"C’est un beau roman, c’est une belle histoire…"[2]

In the book the absence of a culture of responsibility and of critical political approaches to practices and objectives has the consequence of participating in the mythologization of the authors. Around their heroic persons is constructed an aura of individual strength turned into the necessary token of the capacity to act politically on the world. For that matter the book's numerous romanticized scenes (like that in which the valiant warriors of CLASSE, armed with their walkietalkiescrsshcrssh are in spite of themselves found in a harrowing but oh so heady race against the clock to provide the media with a count of demonstrators before the SPVM) participate significantly in this outoftouch representation of the actors. Developing a reading of one's involvement in the strike as being profoundly and structurally part of the problem seems to be perceived as incompatible with the heroicization of progressive political engagement: one could not at once be part of the problem and want to contribute to its resolution. When issues are shifted in this way toward political practices and their consequences on the lives of others, we are accused of contributing to a depoliticization born of a Christian culture of culpability. Or, even better because so poignant, we are charged with political intolerance. If the questions and critiques of feminists, based on the idea that the private is political, among others, constitute political intolerance and interrupt the feeling of moral integrity and authenticity that certain activists feel, then so be it. We think it's a bare minimum if we want to transform social relations.

"CLASSE is literally disrupting the natural order of things"(The book in question)

It's not everyone that can produce a book like this one. It requires not only having contacts and the necessary resources, but having the free time. That two white male members elected in the structures of ASSÉ are able to submit a manuscript cleansed of these conflicts is not an accident. Their privileged position allows them to write about the strike as selfproclaimed specialists and by appropriating the techniques of organization of this strike that are based as much on the memory and practices of generations of activists as on varied experiences of selforganization. By the circulation of their vision of history as being consensual and homogeneous, the authors place themselves above all the activists who are fully actors of the movement, and who lack the spare time to write a book that recounts their vision of history according to their place, equally of interest, in the strike. Behind the consensual idea of the book, it is the voices and the legitimacy of all those persons which are crushed by the leveling of a dissensus vital to any political manifestation that aims at life.

In this dynamic, it is only the authors who win; who win notoriety, symbolic capital, and the imposition of their vision through time (and incidentally since they are selling their book). The History that freezes itself in time and space is completely standardized so that everything that was lived may fit into the well delimited compartments that the authors impose on us. Let's not forget that the choices of content in this type of book have an impact on what will be retained of the history of this strike. It appears to us essential to bring up all of the issues around the differentiation between the treatments given to a book that presents a consensual analysis and to the writings that present a conflictual analysis. In effect, there exist numerous works that develop on the theme of conflicts inside ASSÉCLASSE, but they will never be given the distribution and the respect that this book enjoys. The distribution of writings from a feminist perspective critical of the functioning of ASSÉCLASSE has even been in recent years an important political issue. Indeed, it is interesting to note that the uniform vision of From school to the street clashes violently with the reflections in the accounts produced by a diversity of activists, in view of the 2013 orientation congress of ASSÉ: http://orientation.bloquonslahausse.com/. Thus, their presented magical recipe for obtaining a large movement is a model that is bleached, wrung out, dried, completely emptied of its plural context and of the power dynamics that existed at the heart of the student movement.

From the image of the strike to the strike of the image

This formula started to circulate during the strike on the tongues of those who rapidly realized, with bitterness and anger, that CLASSE was losing its footing and succumbing to the petits chefs backstage. At the time, the spotlights were on Gabriel NadeauDubois, but many were already denouncing the speeches written by those other than the star of the spectacle of the strike. Today, the cameras turn backstage and film in closeup the insolent strings hanging still just above the clean but rumpled shirts of the dear GND.

By this critique, we refuse a homogeneous vision of History and of the cogs of events. The privilege of literary production must not be considered the authorized and neutral vision of the strike. To the contrary, the richness of experiences and internal conflicts is essential to a dynamic understanding and to a will of inclusion of different practices and ideas.

Going through mainstream channels to talk about a strike that they tried at all costs to render mainstream: there's nothing surprising here. May we not be attributed bad intentions, we are not playing the game of the indignant. But even so we applaud the coherence and we understand the perseverance: having worked relentlessly to make of the strike a spectacle, now's not the time to let up!

Other strikers…

Camille Allard
Jeanne Bilodeau
Dominique Bordeleau
Vanessa Gauthier Vela
Vanessa Mercier
Iraïs Landry
Fanny Lavigne
Michelle Paquette
Camille Tremblay Fournier
Yasmine Djahnine
Julie Bruneau

[1] A progressive Quebec publishing house.
[2] A 1972 lyric by French singer Michel Fugain.

vendredi 22 mars 2013

"Quand le spectacle se poursuit en coulisse..."

Il y a deux Histoires l’Histoire officielle, menteuse, qu’on enseigne, puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des évènements, une Histoire honteuse. (Illusions perdues – Honoré de Balzac)

Après avoir lutté pendant des mois contre le déséquilibre de la répartition sociale du capital économique, force est de constater que la lutte doit désormais également se poursuivre sur le terrain des autres formes de capitaux : symbolique, culturel, politique. Nous en sommes à l’heure d’écrire l’Histoire en fondant la légitimité des récits qui se bousculent déjà, gentiment, bien sûr, dans une librairie près de chez vous. Ou encore au Lion d’Or, lieu du lancement De l’école à la rue : dans les coulisses de la grève étudiante, un ouvrage co-écrit par Philippe Éthier et Renaud Poirier-Saint-Pierre, respectivement élu sur le conseil exécutif de l’ASSÉ-CLASSE, et attaché de presse au comité média de cette dernière.

Comment ont-ils fait?

Selon ses auteurs, l’objectif du livre, dont nous célébrons aujourd’hui la naissance, serait de dégager les différentes pratiques mises de l’avant lors de la grève de telle sorte qu’elles puissent guider les générations futures. Ont volontairement été évacués les différents débats et conflits internes pour produire le récit le plus consensuel possible. S’imagine-t-on vraiment que ce dont les dites générations futures ont besoin, c’est d’un paquet de généralités, d’une chronologie factuelle des événements et de leur organisation technique? Pour éviter de répéter les mêmes erreurs et pour permettre une politisation solide, il est, au contraire, essentiel d’afficher les contradictions, les impasses et les conflits internes qui ont marqués la grève.

Mais ce mutisme volontaire n’est pas une première. À l’intérieur du mouvement de grève (avant, pendant et après celle-ci), les retours critiques ont été majoritairement dévalorisés. C’est alors que cette production « consensuelle » est dérangeante puisqu’elle est bâtie sur l’occultation des débats d’idées entre tendances politiques, devenus si difficiles et dérangeants. Des différentes perspectives que nous avons occupées durant la grève de 2012, il est impossible d’avancer un consensus autour des mécanismes qui ont bien fonctionné pour bâtir une mobilisation de masse et une structure qui la supporte et l’alimente. L’ensemble de réflexions et d’analyses concernant les pratiques politiques de la CLASSE que présentent les auteurs, à partir de leur posture spécifique dans le mouvement, n’est pas neutre. Elle résulte d’une sélection opérée qui retient et ficelle une très mince parcelle de la réalité : celle des vainqueurs qui publient et privatisent aujourd’hui leur bilan de grève, chez Éco-société.

La violence d’une histoire « consensuelle »

En faisant silence sur la pluralité des réalités politiques, sur les souffrances vécues et sur les stratégies de répression interne envers différentes franges politiques, les auteurs nourrissent et encouragent la propagation des pratiques a-critiques au sein du mouvement. Taire les initiatives pour transformer les rapports sociaux (de sexe, de classe, de race) de l’histoire est une posture fondamentalement violente.

Une page seulement de ce livre est consacrée aux principes féministes de l’ASSÉ-CLASSE, page qui n’a guère le temps d’aborder les démissions en bloc largement documentées de deux comités dont le principal motif était la reproduction de rapports de pouvoir. Le livre ne nous apprend pas pourquoi à la seule manifestation féministe de la CLASSE presque tout le monde s’est fait arrêter. On n’apprend pas non plus comment Phillipe Éthier et Gabriel Nadeau-Dubois ont demandé à une membre d’un comité de la CLASSE de démissionner et de camoufler son implication lorsqu’elle fit face à des charges criminelles. Ne sont pas présentées non plus les critiques féministes qui ont été adressées à leur équipe exécutive. À vrai dire, la section « féminisme » est si consensuelle qu’elle n’a presque plus rien à voir avec les expériences des militantes féministes de la grève. Pourtant ce sont entre autres leurs initiatives qui ont permis de faire vivre la grève, de mobiliser des gens, de s’organiser, de faire en sorte de la rendre plus inclusive. Elles sont parties prenantes des coulisses de la grève, des coulisses où ça jouait parfois rough entre militant-es.

Bref, les auteurs ont lutté de leur côté, du haut de la pyramide qu’ils ont construit. Ce ne sont pas seulement des désaccords tactiques que nous entretenons avec eux, mais plutôt des tensions profondes entre deux modes de luttes différents. Mais peut-on vraiment être surprises qu’une Histoire des femmes écrite par des hommes sonne encore tout croche? Nous ne sommes pas les premières à le dire: l’Histoire consensuelle est une histoire violente de privilégiés, où les voix discordantes n’ont pas leur place.

« C’est un beau roman, c’est une belle histoire… »

L’absence dans l’ouvrage d’une culture de la responsabilité et de retours politiques critiques sur les pratiques et les objectifs a comme conséquence de participer à la mythification des auteurs. Autour de leurs héroïques personnes est construit une aura de puissance individuelle devenue le gage nécessaire à la capacité à agir politiquement sur le monde. Les nombreuses scènes romancées de l’ouvrage (comme celle où les valeureux guerriers de la CLASSE, armés de leurs walkie-talkie-crssh-crssh se retrouvent malgré eux dans une angoissante mais ô combien grisante course contre la montre pour fournir avant le SPVM le nombre de manifestant-es aux médias) participent d’ailleurs largement de cette représentation déphasée des acteurs. Développer une lecture de son implication dans la grève comme faisant profondément et structurellement partie du problème semble donc être perçu comme incompatible avec l’héroïsation de l’engagement politique progressiste : on ne pourrait pas à la fois faire partie du problème et vouloir contribuer à sa résolution. Quand on déplace ainsi la problématique vers les pratiques politiques et leurs conséquences sur la vie des autres, on nous accuse de contribuer à une dépolitisation issue d’une culture chrétienne de la culpabilité. Ou bien, encore mieux parce que tellement poignant, on se fait taxer d’intolérance politique. Si les interrogations et les critiques des féministes, entre autres basées sur l’idée que le privé est politique, constituent de l’intolérance politique et bloquent ce sentiment moral d’intégrité et d’authenticité que certains militants ressentent, eh bien soit. On pense vraiment que c’est un minimum si on veut transformer les rapports sociaux.

« La CLASSE perturbe littéralement l’ordre naturel des choses » (Le livre en question)

Ce n’est pas tout le monde qui peut produire un livre comme celui-ci. Il faut non seulement avoir des contacts et les ressources nécessaires, mais il faut être capable de se libérer du temps. Que deux membres masculins et blancs élus dans les structures de l’ASSÉ puissent se permettre de soumettre un manuscrit lavé de ces conflits n’est pas un hasard. Leur position privilégiée leur permet d’écrire sur la grève en s’autoproclamant spécialistes et en s’appropriant les techniques d’organisation de cette grève qui se base autant sur la mémoire et les pratiques de générations de militant-es que sur les expériences d’auto-organisation variées. Par la diffusion de leur vision de l’histoire comme étant consensuelle et homogène, les auteurs se placent au-dessus de tous les militant-es qui sont des acteurs et des actrices à part entière du mouvement, et qui n’ont pas le loisir d’écrire un livre qui raconte leur vision de l’histoire selon leur place tout aussi intéressante dans la grève. Derrière l’idée consensuelle de ce livre, ce sont les voix et la légitimité de toutes ces personnes qui sont écrasées par l’aplanissement d’un dissensus vital à toute manifestation politique qui se veut vivante.

Dans cette dynamique, il n’y a que les auteurs qui gagnent; qui gagnent de la notoriété, du capital symbolique, et l’imposition de leur vision à travers le temps (et accessoirement puisqu’ils vendent leur livre). L’Histoire qui se fige dans le temps et l’espace est complètement uniformisée pour que tout ce qui a été vécu puisse entrer dans les cases bien délimitées que les auteurs nous imposent. N’oublions pas que les choix de contenu de ce genre de livre ont un impact sur ce qu’on retiendra de l’histoire de cette grève. Il nous apparaît donc primordial de faire ressortir toute la problématique de la différenciation entre le traitement qu’on fait à un livre qui présente des analyses consensuelles et aux écrits qui présentent des analyses conflictuelles. En effet, il existe de nombreuses productions qui s’avancent sur le thème des conflits à l’intérieur même de l’ASSÉ-CLASSE, mais elles n’auront jamais droit à la diffusion ou au respect dont ce livre jouit. La diffusion même d’écrits à partir d’une vision féministe critique du fonctionnement de l’ASSÉ-CLASSE a été dans les dernières années un enjeu de pouvoir important. D’ailleurs, il est intéressant de noter que la vision uniforme De l’école à la rue détonne violemment d’avec ce qui a été réfléchi dans les bilans produits par une diversité de militant-es, en vue du congrès d’orientation de l’ASSÉ 2013, : http://orientation.bloquonslahausse.com/. Ainsi, leur recette magique présentée pour réussir un mouvement large, est un modèle bleaché, essoré, séché, complètement vidé de son contexte pluriel et des dynamiques de pouvoir qui existaient au sein du mouvement étudiant.

De l’image de la grève à la grève de l’image

Cette formule a commencé à circuler pendant la grève sur la bouche de ceux et celles qui ont réalisé rapidement, avec amertume et colère, que la CLASSE perdait pied et succombait aux petits chefs dans les coulisses. À l’époque, les spotlights étaient sur Gabriel Nadeau-Dubois, mais plusieurs dénonçaient déjà les discours écrits par d’autres du grand comédien du spectacle de la grève. Aujourd’hui, les caméras se tournent vers les coulisses et filment en gros plan les insolentes ficelles qui pendent encore juste au-dessus des chemises propres mais froissées de ce cher GND.

Par cette critique, nous refusons une vision homogène de l’Histoire et des rouages des évènements. Ce privilège de production littéraire ne doit pas être celui qui sera considéré comme la vision autorisée et neutre de la grève. Au contraire, la richesse des expériences et des conflits internes est essentielle à une compréhension dynamique et à une volonté d’inclusion des différentes pratiques et idées.

Passer par des canaux mainstream pour parler d’une grève qu’on a tenté à tout prix de rendre mainstream, il n’y a rien d’étonnant là-dedans. Qu’on ne nous prête pas de mauvaises intentions, nous ne jouons pas la game des indigné-es. Mais on applaudit tout de même la cohérence et on comprend la persévérance : avoir travaillé d’arrache-pied à faire de la grève un spectacle, c’est pas maintenant qu’il faut lâcher!
D’autres grévistes…
Camille Allard, Jeanne Bilodeau, Dominique Bordeleau, Vanessa Gauthier-Vela, Vanessa Mercier, Iraïs Landry, Fanny Lavigne, Michelle Paquette, Camille Tremblay-Fournier, Yasmine Djahnine, Julie Bruneau

dimanche 17 mars 2013

Perles universitaires II

Il y en a beaucoup, et quelques-unes commencent déjà à dater, mais je les accumule toujours avec beaucoup de plaisir. Elles sont intégrales, donc les fautes ne sont pas de moi. Enjoy!

 - Il est tout de même important de mettre en relief le fait que si les québécois font preuve d'un grand socialisme en accueillant des étrangers.

- Les accomodements raisonnables touchent des valeurs que les Québécois défendent dep0uis les années 1800.

- C'est donc dans les années 90 qu'apparait, sur son cheval blanc, les PPP.

- Le Canada est un pays où la notion de droit est beaucoup trop évaluée dans le sens de déterminer sa valeur.

- Ce livre, possiblement, en soulèvera d'autres.

- Le deuxième facteur est le pouvoir grandissant des femmes sur la natalité avec le droit à l'avortement. Ce facteur est fort présent au Québec car l'État québécois met de l'avant l'égalité entre les hommes et les femmes avant touts autre forme de pouvoir en Amérique du Nord.

- Au Québec, c'est l'Église qui avait toujours représenté les Britanniques.

- Une confédération peut normalement ajouter ou inclure des libres très librement.

- Pour comprendre l'origine de la recherche pour le Passage du Nord-Ouest, nous devons d'abord faire un recul historique jusau'à l'année 1453, la chute de Constantinople.

- En bref, le sujet des "écoles passerelles" est une problématique presque intemporelle pour le Québec.

- Dans cette recherche, nous avons eu à faire face à des données quantitatives et même qualitatives.

- Résultat, il s'est développé, au courant des 2 derniers siècles, un phénomène connu sous le nom de "Quebec Bashing" qui a pour but principal de dénigrer le québécois en considérant seulement sons statu de francophone.

- J'avoue avoir un petit faible pour les analyses quantitatives.

- À contrario, les analyses féministes en relations internationales cadrent pour la plupart dans le post-positivisme puisqu'elles ont une relation haute en normativité avec le sujet qu'elles étudient.

mercredi 13 mars 2013

Ce jeudi 16 mars: Comité d'accueil pour Agnès Maltais!

Agnès Maltais à l'UQAM à 16h ce jeudi...pour faire un discours d'ouverture dans le cadre de la conférence Femmes, pouvoir et politique dans les Amériques. L'Organisation populaire des droits sociaux (OPDS), d'autres groupes et d'autre militantEs seront là dès 14h45 pour lui faire un comité d'accueil..... Rendez-vous devant la porte de la salle, près de l'agora ! Ou à 14h30 devant le Centre des femmes de l'UQAM (DS-3305).



- Pour les groupes sociaux, la décision de la ministre est une véritable « trahison ». « Agnès Maltais s’était engagée auprès de nous à augmenter les revenus des personnes seules à l’aide sociale », dénoncent-ils.

La coupe qui les dérange le plus touche la prestation pour « contrainte temporaire » offerte aux personnes de 55 à 58 ans, l’équivalent de 129 $ par mois. La ministre dit vouloir la remplacer par une aide mensuelle de 195 $ pour soutenir la réinsertion en emploi.

Les modifications apportées à l’aide sociale n’ont pas fait l’objet d’une annonce. Elles ont été signifiées sans tambour ni trompette en pleine relâche de l’Assemblée nationale. En plus des quinquagénaires, les coupes frappent les jeunes familles et les bénéficiaires de services en toxicomanie.

- Agnès Maltais, propose de limiter à 90 jours la durée d'un séjour payé en centre pour les toxicomanes bénéficiaires de l'aide sociale. Or, en 2009, le gouvernement libéral, qui tentait d'implanter une mesure similaire, mais moins sévère, a dû renoncer à son projet car il a reconnu que cela mettait en péril la santé des gens les plus vulnérables.

- Critiquée de toutes parts pour ces coupes, la ministre persiste et signe : « Je considère véritablement que ce n’est pas l’âge de 55 ans qui est une contrainte à l’emploi et que ce n’est pas d’avoir un enfant en bas âge qui est une contrainte à l’emploi. La contrainte, elle est ailleurs. […] Je veux remédier à cela. »

Elle vante sa réforme, affirmant qu’elle allait « mettre sur pied ce qui n’a jamais été essayé avant » avec un programme structuré d’accompagnement « très fort » et des rencontres individuelles avec chaque personne pour mieux définir quelles sont les réelles contraintes à l’emploi.

- La ministre Agnès Maltais n'a pas consulté le comité chargé de conseiller le gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté avant de proposer des changements au régime d'aide sociale.

mercredi 6 mars 2013

"Je me souviens"

Je me souviens

Je me souviens de la manifestation du 10 novembre.

Je me souviens de ce que la police a fait ce soir-là, à McGill.

Je me souviens du blocage à la tour de la Bourse.

Je me souviens des hommes en complet qui regardaient des ados se faire tabasser et poivrer, le sourire aux lèvres.

Je me souviens de Francis Grenier.

Je me souviens de l'homme qui lui a volé un oeil, un certain Marc St-Cyr.
Je me souviens qu'un an plus tôt, presque jour pour jour, des scènes identiques s'étaient déroulées au même endroit, sous son commandement.

Je me souviens du déluge de commentaires en faveur de la police.

Je me souviens des doutes quant à ce que les étudiant-e-s ont fait "qui est coupé au montage".
Je me souviens des mêmes arguments en faveur du NYPD, l'automne dernier.

Je me souviens de la manifestation contre la brutalité policière, le 15 mars.

Je me souviens pourquoi j'y étais.
Je me souviens de ma première grenade assourdissante.
Je me souviens de la deuxième, une seconde plus tard.
Je me souviens de ce qui s'est passé, bien avant la casse.
Je me souviens de ce que les médias en ont rapporté.
Je me souviens m'être promis de ne jamais leur pardonner.
Je me souviens de ce que la police a fait, ce soir-là.
Je me souviens m'être promis de ne jamais leur pardonner.

Je me souviens de la plus grande manifestation de l'histoire du Québec.

Je me souviens de la première page du Journal de Montréal, le lendemain.
Je me souviens qu'on pouvait y lire “Les étudiants perdent des appuis”.

Je me souviens de la plume toxique d'André Pratte.

Je me souviens de Richard Martineau et Eric Duhaime, travaillant d'arrache-pied pour maintenir leur propre peuple dans la petitesse.
Je me souviens de Stéphane Gendron, mais très peu puisqu'il est à V.

Je me souviens de la plus grande manifestation de l'histoire du Québec, un mois plus tard.

Je me souviens de la plus grande manifestation de l'histoire du Québec, un autre mois plus tard.

Je me souviens qu'à celle-ci, nous étions près de 400 000 selon des sources à Urgence Santé.
Je me souviens que nous étions environ 100 000, selon les médias de masse.
Je me souviens de la reporter de La Presse rapportant “des dizaines de milliers”.
Je me souviens de cette même reporter qui a fait son topo sur une vitrine cassée, avec 400 000 manifestant-e-s pacifiques comme arrière-plan.

Je me souviens du couple septuagénaire traumatisé après s'être fait lancer des grenades, le 25 avril.

Je me souviens de la fillette d'à peine 12-13 ans, à Victoriaville, entourée de Black Blocs qui lui rinçaient les yeux.
Je me souviens des Blacks Blocs qui portaient secours aux 7 à 77 ans qui eux, ce jour-là, ont bien compris le sens du terme "violence".

Je me souviens de tous les Black Blocs que j'ai croisé, ce printemps.

Je me souviens qu'aucun d'entre eux était mon ennemi.
Je me souviens que tous ceux et celles qui les démonisaient se sont rangés de l'autre côté.
Je me souviens de toutes ces personnes qui ont fait ce choix.

Je me souviens de Ian Lafrenière, prononçant les mots “casseurs professionnels concertés” sans vomir.

Je me souviens d'Alain Bourdages, présentant des grenades aux médias en utilisant les termes “pas dangereux”.

Je me souviens du printemps où le premier ministre du Québec vantait le travail de policier-e-s s'acharnant de façon psychotique sur des étudiant-e-s.

Je me souviens du printemps où il était commun d'entendre les gens dépeindre les étudiant-e-s comme des voyous, des vandales, des casseurs.
Je me souviens du printemps où ces personnes n'avaient aucune idée de ce qui se passait dans leurs propre rues.

Je me souviens du printemps où la jeunesse du Québec se faisait critiquer pour porter des lunettes de ski, face à des soldats armés de bâtons, de grenades, de gaz CS et fusils à balle de plastique.

Je me souviens du printemps où Ian Lafrenière décriait le port de ces lunettes comme un port d'arme.

Je me souviens du printemps où le port de ces lunettes fut criminalisé.

Je me souviens du printemps où Amir Khadir était dangereux alors que John James Charest représentait l'ordre, la paix, la sécurité, l'avenir du Québec.

Je me souviens du printemps où le terme communiste provoquait plus de réactions que le terme capitaliste.
Je me souviens du printemps où la merde sentait la fleur de lys, pour la "majorité silencieuse".

Je me souviens du printemps où le gouvernement du Québec fut dépeint à travers le monde comme un régime totalitaire.

Je me souviens du printemps où l'ONU et Amnistie Internationale se sont penchés sur son cas, pourtant déjà bien occupés avec Bashar Al-Assad.
Je me souviens du printemps où la ministre des affaires étrangères du Québec a répondue à l'ONU de se mêler de ses affaires.

Je me souviens du printemps où mon peuple se fit déclarer la guerre.

Je me souviens du printemps où j'ai choisi mon côté.

Nous n'oublierons pas.

Nous ne pardonnerons pas.
Il fallait s'y attendre.

-Eric Robertson.

samedi 2 mars 2013

Y a des liens à faire...

Vidéo crée dans le cadre d'un cours. Entre la brutalité policière et la survie des animaux, on y voit presque un lien. Mais l'une des deux violences est plus légitime que l'autre. Intéressent.