mercredi 29 décembre 2010

Gaza's youth manifesto for change!

Traduction française ici.

Fuck Hamas. Fuck Israel. Fuck Fatah. Fuck UN. Fuck UNWRA. Fuck USA! We, the youth in Gaza, are so fed up with Israel, Hamas, the occupation, the violations of human rights and the indifference of the international community! We want to scream and break this wall of silence, injustice and indifference like the Israeli F16’s breaking the wall of sound; scream with all the power in our souls in order to release this immense frustration that consumes us because of this fucking situation we live in; we are like lice between two nails living a nightmare inside a nightmare, no room for hope, no space for freedom. We are sick of being caught in this political struggle; sick of coal dark nights with airplanes circling above our homes; sick of innocent farmers getting shot in the buffer zone because they are taking care of their lands; sick of bearded guys walking around with their guns abusing their power, beating up or incarcerating young people demonstrating for what they believe in; sick of the wall of shame that separates us from the rest of our country and keeps us imprisoned in a stamp-sized piece of land; sick of being portrayed as terrorists, homemade fanatics with explosives in our pockets and evil in our eyes; sick of the indifference we meet from the international community, the so-called experts in expressing concerns and drafting resolutions but cowards in enforcing anything they agree on; we are sick and tired of living a shitty life, being kept in jail by Israel, beaten up by Hamas and completely ignored by the rest of the world.

There is a revolution growing inside of us, an immense dissatisfaction and frustration that will destroy us unless we find a way of canalizing this energy into something that can challenge the status quo and give us some kind of hope. The final drop that made our hearts tremble with frustration and hopelessness happened 30th November, when Hamas’ officers came to Sharek Youth Forum, a leading youth organization (www.sharek.ps) with their guns, lies and aggressiveness, throwing everybody outside, incarcerating some and prohibiting Sharek from working. A few days later, demonstrators in front of Sharek were beaten and some incarcerated. We are really living a nightmare inside a nightmare. It is difficult to find words for the pressure we are under. We barely survived the Operation Cast Lead, where Israel very effectively bombed the shit out of us, destroying thousands of homes and even more lives and dreams. They did not get rid of Hamas, as they intended, but they sure scared us forever and distributed post traumatic stress syndrome to everybody, as there was nowhere to run.

We are youth with heavy hearts. We carry in ourselves a heaviness so immense that it makes it difficult to us to enjoy the sunset. How to enjoy it when dark clouds paint the horizon and bleak memories run past our eyes every time we close them? We smile in order to hide the pain. We laugh in order to forget the war. We hope in order not to commit suicide here and now. During the war we got the unmistakable feeling that Israel wanted to erase us from the face of the earth. During the last years Hamas has been doing all they can to control our thoughts, behaviour and aspirations. We are a generation of young people used to face missiles, carrying what seems to be a impossible mission of living a normal and healthy life, and only barely tolerated by a massive organization that has spread in our society as a malicious cancer disease, causing mayhem and effectively killing all living cells, thoughts and dreams on its way as well as paralyzing people with its terror regime. Not to mention the prison we live in, a prison sustained by a so-called democratic country.

History is repeating itself in its most cruel way and nobody seems to care. We are scared. Here in Gaza we are scared of being incarcerated, interrogated, hit, tortured, bombed, killed. We are afraid of living, because every single step we take has to be considered and well-thought, there are limitations everywhere, we cannot move as we want, say what we want, do what we want, sometimes we even cant think what we want because the occupation has occupied our brains and hearts so terrible that it hurts and it makes us want to shed endless tears of frustration and rage!

We do not want to hate, we do not want to feel all of this feelings, we do not want to be victims anymore. ENOUGH! Enough pain, enough tears, enough suffering, enough control, limitations, unjust justifications, terror, torture, excuses, bombings, sleepless nights, dead civilians, black memories, bleak future, heart aching present, disturbed politics, fanatic politicians, religious bullshit, enough incarceration! WE SAY STOP! This is not the future we want!

We want three things. We want to be free. We want to be able to live a normal life. We want peace. Is that too much to ask? We are a peace movement consistent of young people in Gaza and supporters elsewhere that will not rest until the truth about Gaza is known by everybody in this whole world and in such a degree that no more silent consent or loud indifference will be accepted.

This is the Gazan youth’s manifesto for change!

We will start by destroying the occupation that surrounds ourselves, we will break free from this mental incarceration and regain our dignity and self respect. We will carry our heads high even though we will face resistance. We will work day and night in order to change these miserable conditions we are living under. We will build dreams where we meet walls.

We only hope that you – yes, you reading this statement right now! – can support us. In order to find out how, please write on our wall or contact us directly: freegazayouth@hotmail.com

We want to be free, we want to live, we want peace.

FREE GAZA YOUTH!


Gaza Youth Breaks Out (GYBO)

samedi 11 décembre 2010

Manif 6 décembre...


Parce que c'est ben l'fun de le voir... Alors, au début, on était calme, sage et la neige avait vraiment du charme.


video

Ensuite, j'ai été séparé de ma troupe parce que j'avais un problème technique... mes bottes neuves... arf... bref, j'étais en arrière et à la blaire witch project j'ai fait des vidéos ^^


video


Et puis, j'avais pas mal d'ambiance....

video


Mais j'ai vite compris que nous étions dangereux-euses et méchantEs. Clairement. Sté, des playmobile avec des guns à gaz lacrimo, c'est un message clair !



video

Bref, ce fût une belle et longue balade... quand je suis tombée dans mon lit, j'ai trouvée très romantique d'avoir militée avec mon amoureux. J'étais en plus avec des amiEs que j'aime beaucoup et des milliers voir des centaines de milliers ou de million (pas facile d'avoir le chiffre exacte, j'aime croire que la province était là avec nous).

J'ai déjà hâte de coller mes collants sur l'éducation dans tous les moyens de transports possibles (STM) et de changer le monde parce que sérieux... c'est pas fini. Ooooh no !

Et comme dirait Carole aide son prochain : Manquer pas ça, parce que militer pour changer le monde, c'est ben l'fun !



_____________________________________________________
(J ai rajouté de quoi madame frappe moi pas^^-Pwel)



mardi 7 décembre 2010

L'éducation (et internet) est un luxe


Le Conseil du patronat peut ben se gargariser avec son beau sondage Léger Marketing. Ils nous disent juste ce qu'ils voulaient bien entendre.

Les taxer de malhonnêteté intellectuelle est encore trop poli.

BULLSHIT!!!

Et de voir que c'est avec ce sondage qu'ils se sont posés en chevaliers de l'éducation post-secondaire ça me donne des hauts le coeur. Ça veut dire qu'on est tellement loin dans le processus qu'on ne s'enfarge même pas à essayer de présenter de vraies études. Qu'on prend le public pour des caves et qu'on ne se force même pas pour le camoufler.

La journée d'hier était géniale. Beaucoup de participantEs et il faisait moins froid que je ne le pensais. Tout le monde était en feu mais fâchés. C'est bien. Mais je pense qu'il faut se fâcher plus, beaucoup plus.

Nous reviendrons sur le sujet d'hier (et Nat a des millions de vidéo).

Pensées pour ceux et celles qui ont eu des sorties de route ou qui sont tombés en panne en revenant de Québec et pensées pour le seul camarade arrêté de la journée.

vendredi 26 novembre 2010

Je censure (ajout)

Aujourd’hui, j’ai passé un petit 20 minutes pour aider des gens à repeinturer quelques inscriptions qui avaient été écrites hier soir, au même moment où une activité artistique organisée par les RATS se déroulait.

État de la situation à propos des murs du deuxième étage du Aquin : Il y a de nombreuses années que ces murs ont été réappropriés par les étudiantEs avec toujours plus ou moins de réactions de l’administration. Depuis le choc de 2009, il y a une première entente formelle à propos de certains murs, à certaines conditions. Entente qui a justement été gagnée grâce aux efforts de ceux et celles qui ont confronté l’administration, mais qui se sont aussi assis avec elle pour négocier. Par contre il est important de mentionner que les associations étudiantes ont une entente avec l’administration. Pas les élèves individuellement. Et qu’historiquement se sont des actions individuelles ou par des groupes d’étudiantEs qui ont fait que plus les années passaient, plus la réappropriation s’étendait.

Activité des RATS : Organisée par un groupe bien connu d’étudiantEs voulant protester et résister en passant par des actions artistiques, qui avait les autorisations nécessaires de la part de l’administration pour mener à bien une activité de peinture sur les murs autorisés par l’administration. Était également envisagée la possibilité de reproduire l'expérience dans le Judith Jasmin. De mon point de vue, les activités artistiques peuvent amener des participants différents de rassemblements politiques ou d’action directe. En plus des militantEs, des curieuxSES, de nouveaux étudiantEs, des gens qui veulent s’informer ou juste s’amuser.

Ben voilà, non seulement ce n’était ni le moment ni le lieu pour écrire « Fuck l’UQÀM » ou cracher son mépris pour Québec Solidaire, mais c’est un crachat sur différentes personnes à différents niveaux.

D’un point de vue global, c’est un crachat sur le sacro-saint « respect des différents modes de lutte ». Ces gens-là savaient dans quel esprit se passait l’action et dans quels cadres les participants seraient mieux de se tenir. Ce n’est pas comme une manif ou certains font tourner des ballons sur leurs nez et d’autres balancent des bouts de pavés. La reconnaissance de l’UQAM par rapport aux étudiantEs et à ces murs a été gagnée à la sueur de certains fronts, ce n’est ni une raison pour arrêter de s’étendre par des actions individuelles ou par des groupes qui n’impliquent pas les associations étudiantes, ni non plus our saboter le travail de négociation qui a été fait.

J’entends déjà « mais on s’en fout de la reconnaissance de l’UQAM! » Euh non. Dans le monde matériel dans lequel nous vivons chaque fois que l’administration va mettre notre présence dans leurs paperasses c’est un pas de moins vers l’arrière, la non-reconnaissance, la désertion et le refoulement à tous les niveaux. Il faut qu’on envahisse tous les champs pour augmenter notre poids, sans arrêt, à l’intérieur et à l’extérieur.

Ce n’est pas le bon débat de savoir si j’étais d’accord ou non avec ce qui s’est écrit… D’ailleurs nous avons peut-être effacé trop vite certaines choses dont le message n’aurait pas porté opprobre aux organisateurICEs (d’ailleurs, quelqu’un peut bien m’expliquer « Fuck le langage! »?). Et je ne suis pas, tout à coup, pour la censure parce que je pense que j’ai raison. J’ai commis l’action de censurer, parce que j’ai considéré que par leur crachat prétentieux, ces personnes s’étaient mises en position d’autorité morale parce que « leurs messages et leurs moyens sont meilleurs que ceux des autres ». Si tu m’entres dans ta hiérarchie, nous ne parlons pas le même langage, mais je suis très capable de m’approprier ta violence autoritaire à saveur moralisatrice et scandaleuse : je te censure.

Et maintenant, ça serait bien que ces personnes soient conséquentes. Qu’elles organisent des actions à leur goût et à leurs attentes qu’ils tapissent l’école de graffitis subversifs pendant que les gardas ont le dos tourné (mais j’ai comme des doutes…). Parce je pense, qu’hier ce n’était que du parasitage.

AJOUT
Ceci est mon interprétation personnelle, et N ENGAGE QUE MOI. Ne tombez pas sur la tomate des organisateurICESs à cause de ce que je dis. Je ne pense même pas les connaître. Ceci est,a toujours été, et sera, L'ESPACE DE NAT ET MOI, pas un lieux de défoulement/publicité pour des groupes/assos/ autres étudiantEs.

samedi 30 octobre 2010

Retour sur la manif du 21 octobre


Wow le temps passe vite! J'ai l'impression d'être tout le temps occupée. Gang, j'ai juste deux mois de maîtrise et déjà de la broue dans le toupet mais le sourire aux lèvre.

Ceci étant dit...

J'ai beaucoup aimé la manif de jeudi 21. La température n'était pas belle, mais il y avait quand même beaucoup de gens, 200?


J'imagine que c'est en grande partie à cause de la pluie, mais la marche est allée très vite. On marchait d'un bon pas, c'était très entraînant et j'ai bien apprécié. Soudain, petite course pour entrer au Palais des congrès où la Chambre de commerce de Montréal tenait un séminaire. Discours punchés avec des arguments et plein de passion. Et rien de long.


Pourtant une seconde après, j'ai vécu un moment d'horreur, quand le gars qui tenait le micro a dit "C'est pas important qu'on soit bien ou mal organisé, l'important c'est qu'on a raison!"

Plusieurs choses m'ont dérangé dans cette phrase. Je vais passer vite sur l'importance de l'organisation quand on veut changer les choses, spécialement quand on veut faire bouger le pouvoir et que nous sommes en position minoritaire autant en nombre que dans les idées.

"L'important c'est qu'on a raison!"

?!?

Me semble qu'on vient d'évacuer tout le débat non? Toute discussion ou tout échange. Et j'ai l'impression que ça m'a dérangé parce que ça fait dogmatique "j'ai raison". L'autre peut aussi dire "j'ai raison" et rien ne change.

Bien sur que je pense que j'ai raison de m'insurger contre de nouvelles hausses, contre la rencontre bidon de novembre, et que j'ai raison d'appuyer la gratuité scolaire. Je sais aussi que dans un discours de manif ce n'est pas le moment de philosopher sur ce qu'est la vérité et son rapport avec les relations de pouvoir ou sa variabilité selon les gradations de valeurs, mais j'ai trouvé ça ordinaire. Disons que celle-là nous ne l'avons pas applaudie.

C'était ma première manif sur l'éducation depuis mon retour. Je suis vraiment revenue dans le bain montréalais maintenant...

jeudi 30 septembre 2010

Marchandisation de l'éducation? AJOUT

La semaine dernière, des étudiantEs sont alléEs faire une action pour perturber l'ouverture officielle de la Boutique UQAM.

Depuis mon retour à l'UQAM je dois admettre que je n'ai pas beaucoup porté attention à cette nouvelle boutique, qui se trouve à l'emplacement de l'ancien Bureauphile. Des gens m'en parlaient et je comprenais qu'il peut être dérangeant de voir un nom associé à de l'éducation aider à vendre toutes sortes d'objets à vocation plus ou moins utilitaires. Mais voilà, je n'arrivais pas à m'insurger…

Je ne sais pas... Que des étudiantEs ou des fans soient fièrEs de l’institution et veulent s'afficher, je ne trouvais pas ça négatif. De la même manière, une boutique qui rapporte de l'argent à l’institution sans piger dans les poches des étudiantEs ou de l'État, je ne trouvais pas ça négatif. Bien sur, les moyens de production des objets et le traitement des travailleurSEs qui y ont participé m’intéressent beaucoup (appart les vêtements produits au Québec et en Ontario, ils ne disent rien sur le reste), mais bon… Je vais quand même au Dollorama…

Bref, si l’action était pour dénoncer le fait que plein d’acteurs du privé étaient invités, si l’action était pour dénoncer le privé en éducation, je ne suis pas sure que ça ait été bien compris… Et si c’était fait pour dénoncer l’ouverture de la boutique… Ben là je ne peux pas être d’accord.

Un jour je vais m’en aller de cette université, et vous savez quoi? Cette journée-là je vais sûrement m’acheter un kangourou UQAM. En attendant j’ai besoin d’une gourde…

Est-ce que j’ai passé à côté de quelque chose pour penser comme ça?

AJOUT:
Allez voir les commentaires pour une réponse beaucoup plus complète. Et merci a Danie.
http://www.seuqam.org/ouverture-de-la-boutique-uqam-jour-de-deuil-pour-le-seuqam

samedi 4 septembre 2010

Harcèlement?



J'ai beaucoup aimé le message de cette bd. Parce que non seulement il faut supporter tous les crapets de la terre qui pensent qu'on ne se peut plus de se faire aborder dans la rue sans aucune manière, mais en plus on se fait dire qu'il faudrait apprécier.

Gang, j'affirme fièrement mon droit à ne pas apprécier de me faire déshabiller du regard, à me faire demander mon nom, à me faire passer des commentaires sur mon physique, à me faire suivre ou à me faire siffler.

J'affirme fièrement à tous ceux et celles qui me disent "oui mais c'est de la gentillesse maladroite", que NON ce n'est pas de la gentillesse. De la gentillesse ça fait plaisir. Quand on est gentil, on est gentil envers quelqu'un d'autre. Là, il n'y a pas d'échange, que des crapets qui crachent des paroles ou qui agissent selon leur propre plaisir et pulsions. Ils ne se demandent jamais une seconde si ça va faire plaisir à la personne à qui ils s'adressent.

Pourtant un "bonjour" accompagné d'un franc sourire, ça fait tellement plaisir, et ça donne envie de sourire en retour...

Via Jezebel

L'offre et la demande

vendredi 27 août 2010

De l'emploi d'un adjectif

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer comment on peut être un suspect "pire" qu'un autre?

Là, c'est un peu ridicule non?

On te soupçonne d'avoir commis un délit selon la loi ou non. Tu es unE suspectE ou non.

À moins qu'on ne parle plus de délits selon la loi, mais qu'on y entre une dimension de jugement qui fait apparaitre des comparatifs/superlatifs. Comme "pire", dans le cas présent.

C'est peut-être moi qui cherche des poux (haha!), mais il me semble qu'on peut être accusé de délits plus graves ou de plus de délits, mais qu'on ne peut pas être unE suspectE pire qu'un autre.

Voici la définition de "pire" par Antidote:
Qui est plus mauvais, qui a un moins haut degré de qualité (comparatif de supériorité de mauvais). La situation est pire qu’avant. Un élève pire que cet autre. C’est bien pire.
Qui est le plus mauvais, qui a atteint le moins haut degré de qualité (superlatif de mauvais).

À la lumière de cette définition, qu'est ce que les forces de l'ordre essayent de nous communiquer? Leurs sentiments par rapport aux suspectEs? Ils essaient de nous convaincre que les suspects sont "mauvais"? "De moins bonne qualité?"

mercredi 18 août 2010

Journal d'une ex-étudiante....


Sté quand tu veux faire une rechute.

Une vraie.

Sté quand té rendu admirative des gens le nez en coin à force de l'avoir dans un livre. Quand voir les gens perdre leurs fin de semaines à terminer des travaux. Voir des amiEs prendre une bière d'après examen...

Sté quand tu te dis, crime y me reste 6 cours, mais j'suis pas capable d'y retourner...

C'est assez fâchant...

C'est même très frustrant...

J'suis en mode combat... J'retourne à l'école, croute que croute...

Mais je sais pas à quel prix $$... ça, je sais pas....

à suivre...


mercredi 30 juin 2010

Contre la répression et en solidarité avec les arrêtéEs du G20

CHANGEMENT DU LIEU DE RASSEMBLEMENT: manifestation contre la répression politique à Toronto lors du G20 jeudi le 1er juillet à 12h au CARRÉ SAINT-LOUIS

mercredi 16 juin 2010

Pwel voyage dans le temps!

Je reviens 6 heures derrière.

Je reviens au Québec.

Je suis un peu déconnectée...

Quelque'un sait comment aller à Toronto pour le G8/20?

J'espère que tout le monde va bien...

jeudi 13 mai 2010

Kreuzberg: Analyse partielle

Tout d’abord, je crois que l’Allemagne (et l’Europe en général) a une tradition de contestation populaire beaucoup plus large et profonde. Les gens trouvent ça normal de manifester pour démontrer quelque chose. Ce n’est pas un truc d’illuminés, de jeunes rebelles, de hippies pas de jobs, ou de syndicats, c’est un droit et une manière de démontrer une contestation. C’est très différent de chez nous ou l’action de manifester n’est pas vue comme quelque chose de populaire. Et quand il y a manifestation, elle doit être encadrée et aseptisée. Il faut suivre les petits dossards, suivre les petits cônes, et surtout, les forces de l’ordre doivent être en vue tout le long.Justify Full
Aussi, en général, j’ai l’impression que nous sommes plus dociles. Comme le disait C. Gladel, nous râlons quand il se passe quelque chose que nous n’aimons pas, mais la société finit par avaler, même de travers. Je ne sais pas ce qui cause ça. Peut-être une tradition de libertés personnelles plus ancrée qui fait que nous avons plus de difficultés à voir le collectif, à nous intéresser au collectif ou tout simplement à construire collectivement. Peut-être parce que nous avons été bâtis sur le capitalisme, donc que nous avons plus de difficulté à en voir les effets nocifs ou que nous croyons réellement à ce « tout le monde a sa chance ».

Prenons par exemple plus spécifique cette fête des travailleurs et des travailleuses, ce 1er mai. Chez nous ce n’est pas une fête populaire, les gens n’ont pas congé pour le 1er mai. Par contre, nous fêtons le travail. Nous avons une fête du Travail, nous avons congé pour fêter le travail. Détail oui. Mais détail qui signifie quelque chose sur la manière dont cette société a été construite, ce qui est important pour elle, son échelle de ce qui doit être souligné.

Dans ce même exemple, nous pouvons aussi constater une totale appropriation du 1er mai par les syndicats. Ce n’est pas la fête de tous et de toutes et les manifestations s’en ressentent. Les séparations des différentes manifestations du 1er mai illustre un clivage dans les interprétations de ce qui doit être entendu et de qui peut/doit l’exprimer.

Une autre différence se trouve dans la stratégie policière. Celle de Berlin était tout autre que ce à quoi je m’attendais. Il y a eu peu de moments où nous nous sentions enfermés. Et évidement rien qui a ressemblé à une opération d’arrestation de masse. Il y avait le plus souvent un moyen de s’éloigner et de s’en aller. Et si plus le temps passait, plus nous pouvions constater un certain agacement de la par les forces de l’ordre et des gestes brusques, nous n’avions quand même pas peur d’être à côté d’elles. Chez nous, nous n’aurions jamais pu être aussi près sans nous faire attraper juste pour avoir été là. Aussi, les manifestantEs n’étaient pas oppressés dès le début de la journée. Nous ne sentions pas que les policierEs voulaient attiser le feu, contrairement à chez nous, mais qu’elle voulait laisser passer une certaine vapeur avant de réagir à un évènement.

Je ne sais pas pourquoi. Peut-être à cause de cette tradition de contestation qui est plus profonde qui fait que même si le nombre d’effectifs policiers est important (et il l’était!), il ne serait pas bon qu’il y ait trop d’arrestations, la population ne serait pas d’accords s’il n’y a eu aucune casse dans la ville. Ou peut-être que c’est parce que les affrontements pourraient devenir extrêmement plus violents étant donné la quantité de monde présent (et oui nous étions beaucoup!) ou les distances qui pouvaient séparer les deux groupes. En général j’ai été étonnée par cette vision de civilEs qui en plein moment chaud, se promenaient entre des petits groupes casqués sans que les policierEs ne tendent les bras pour les attraper. Mais je ne sais pas, en général je percevais moins de peur que chez nous. Bien sûr nous sommes moins, et la police est plus violente, mais il doit y avoir d’autres explications…

Je vais redire ce que j’ai pensé en me couchant ce soir-là : nous sommes loin des ligues majeures…

mercredi 12 mai 2010

Erste Mai in Kreuzberg III

MANIFESTANTS (ES) ET AUTRES CIVILS (ES)

En général, j’ai été agréablement surprise de la cohésion et de la cohérence des participantEs avant que ça ne devienne n’importe quoi vers la fin. Je suis désolée de le dire, mais à Montréal quand je vois « le Black Block » pour moi ça ne veut pas dire « troubles », ça veut dire « n’importe quoi ». Tandis que là personne ne s’en est pris à des commerces, à des voitures de gens (il y a bien une fourgonnette policière qui a failli être renversée et toutes étaient bombardées, mais on répète qu’elles appartenaient aux forces de l’ordre). Devant moi je voyais deux côtés représentants des forces sociales différentes, pas quelques individus en mal d’émotions fortes.

Qu’on me comprenne bien, sûrement que quelques individus en mal d’émotions fortes s’étaient réunis et qu’ils ne s’en pouvaient plus de mettre le feu a des poubelles, mais il reste que je sentais beaucoup plus l’affrontement entre deux forces qu’un soubresaut de rébellion d’adolescence. C’était peu être le nombre, mais je crois surtout que ce sont les cibles qui me faisaient dire ça. Des feux dans la rue, des projectiles sur les forces de l’ordre et sur leurs véhicules, mais pas de vitrines de magasin qui éclatent ou de voitures de particuliers retournées. En parlant à des AllemandEs on s’est fait dire que des fois et dans d’autres villes ça pouvait être plus violent, que les participants s’en prenaient à des banques ou des McDo. Mais encore là, je comprends bien le symbole des banques et des McDo, comparativement à la Honda de M.Tremblay ou du dépanneur du coin.

Dans le même ordre d’idée, j’ai bien aimé voir les participantEs à la manif se mêler aux passants pour faire la queue pour leurs achats ou pour attendre pour des toilettes. Et j’ai carrément été impressionnée quand j’en ai vu plein prendre des boissons dans un frigo extérieur et sortir de la petite tente dans le but de faire la longue file qui les menaient jusqu’à la caisse.

J’ai été aussi agréablement surprise de constater que la population et les commercantEs n’avaient pas l’air d’avoir peur de la manifestation et des participantEs, même quand elle a commencé à être plus troublée. Le fait que presque personne ne fermait son commerce (nous n’avons vu qu’une station-service qui a fermé… à cause de l’essence peut-être?) et que tout le monde continuait à servir dans les restaurants, les places à döners (fast-food), les kiosk (dépanneurs), et casinos (place à rassemblement de machines à sous) laissait penser que les manifestantEs n’étaient pas démonisés par les autorités. Que la population n’avait pas peur.

Aussi, il semblait que les manifestantEs n’avaient pas peur de la police. Dès le début ils et elles pouvaient être très près les uns des autres. J’ai vu des gestes qui ont été posés à l’endroit de policierEs ou de leurs véhicules qui n’auraient pas été possibles à Montréal. Les lancers de projectiles ne se faisaient pas toujours de loin, des fois c’était par des gens placés bien en vue des forces de l’ordre. Pareil pour les véhicules qui se faisaient bombarder ou juste frapper par les mains des manifestantEs qui passaient à côté.

mardi 11 mai 2010

Erste Mai in Kreuzberg II

LES FORCES DE L’ORDRE

Quand nous nous sommes arrêtés et que les gens ont commencé à s’en aller, à se promener ou à simplement s’asseoir là où ils et elles étaient nous avons remarqué qu’il y avait beaucoup de policierEs. Ils et elles ne bloquaient pas d’issues, aucune rue, aucun recoin, mais il y avait des grands ou des petits groupes casqués partout. Certains bougeaient, d’autres non. Étant des manifestantEs nourris au grain montréalais, nous avons eu peur qu’ils soient positionnés comme ça dans le but de se refermer brusquement en cercle. Ça nous a pris du temps à comprendre ce qu’ils voulaient. J’avais l’impression qu’ils voulaient seulement disperser la foule avec leurs petits groupes mouvants, et qu’ils voulaient laisser à tout le monde la possibilité de s’en aller, ce que beaucoup ont fait. Quand il y avait trop de monde ensemble ou trop de monde qui voulaient passer à un endroit spécifique il y avait des casques qui se déplaçaient, qui séparaient la foule ou qui bloquaient un coin d’issue pour faire passer les gens d’un autre côté. ManifestantEs, policierEs, BerlinoisEs voulant profiter du dehors, et touristes impressionnés passaient les uns à côté des autres souvent en se frôlant.

C’était surréaliste de voir les touristes se faire photographier à moins d’un mètre devant une colonne d’uniformes verts casqués, de voir de jeunes punks parler calmement à d’autres uniformes casqués, de voir des porteurs de drapeaux rouges s’excuser à une famille qui mangeait sur une terrasse parce qu’ils avaient accroché leur table.

Mais surréaliste est un mot auquel nous avons pensé souvent pendant la soirée.

Et toujours, personne ne brisait quoi que ce soit, les restaurants restaient ouverts et les vendeurs de döners étaient tout à coup débordés par tous ces gens qui voulaient manger ou boire. Rien ne fermait et les gens restaient sur les terrasses. Pour mieux voir, il y avait des gens perchés partout, sur les boites à malle, sur les abribus et sur des panneaux de signalisation. Il n’y a eu que vers la toute fin que la police n’a plus supportée de gens perchés. Tout le long et partout où nous nous déplacions des gens grimpaient.

Puis vient toujours un temps où le soleil se couche.

Avec le soleil qui se couche sont arrivées les forces de l’ordre en noir. Elles avaient toutes des matraques et beaucoup avaient des tasers. Nous n'en avons pas vu sur les vertes et elles n’avaient rien dans les mains. Seulement un vert par équipe avait un bouclier, les autres n’avaient que des menottes.

Je ne sais pas comment ça a commencé. J’ai seulement entendu un bruit sourd vraiment très près de moi. C’était le début de plusieurs heures à courir en rond ou à longer lentement les murs dans les rues autour de cette place.

Les policierEs courraient d’un côté à l’autre tout dépendant du côté ou le bruit arrivait. Ils passaient toujours à côté de manifestants ou de simples passants sans les arrêter, mais simplement en poussant brusquement ceux et celles qui étaient sur leur passage. Ils se faisaient lancer de gros bouts de pavés et des bouteilles de bière. Autant sur leur personne que sur leurs véhicules. Je répète qu’ils n’avaient pas de bouclier… De voir les bouteilles se casser sur leurs poitrines ou leur tête avec comme seule réaction de les voir regarder d’où venait le projectile, mais sans se déplacer dans cette direction c’était impressionnant. Et notre belle SPVM qui pleure pour des bouts de légumes pourris…

Détail important : en Allemagne, la consommation d’alcool est permise dehors. Ce qui fait que bien des gens s’étaient amené de la bière ou allaient simplement s’en chercher chez les vendeurs de döners ou les restos, qui eux étaient encore ouverts!

C’était surréaliste. Attendre dans une file pleine de manifestantEs pour acheter une bouteille d’eau dans un comptoir dehors pendant que des gens mangeaient, et qu’on entendait des bruits sourds, des bouteilles qui cassent de tous les côtés, le bruit lourd des bottes qui courrent, et la musique techno des bars et des clubs qui montaient le volume.

Nous n’avons vu personne essayer de voler des trucs dans les comptoirs dehors ou leurs frigos qui étaient à côté. Nous n’avons vu personne essayer de fermer son commerce.

À chaque pas nous marchions sur du verre cassé, et nous n’en revenions simplement pas de voir des gens continuer à acheter de la bière, de voir que les forces de l’ordre permettaient l’achat perpétuel de projectiles.

Finalement, les gens se sont séparés peu à peu. Les conflits s’éloignaient des endroits très occupés et les manifestantEs étaient séparés.


Un feu a été allumé, a brulé un peu puis les policierEs l’ont éteint. À chaque fois que les manifestantEs se déployaient quelque part, ils nous laissaient aller. C’est seulement près d’une gare nous avons compris qu’à cet endroit, ils ne voulaient pas qu’on passe. Trois camions avec des canons à eau nous attendaient. Les policierEs sont aussi devenus plus agressifs et étaient mieux couverts. On est resté là longtemps à se déplacer d’un côté à l’autre, à ouvrir les yeux et arrêter de respirer quand une colonne noire casquée passait au trot à quelques centimètres devant nous pour se diriger vers le bruit d’une explosion.

Nous étions de moins en moins dans cette grande rue, devant la gare. Pendant ce temps-là j’avais l’impression qu’il y avait de plus en plus de casques partout, noirs, blanc, verts.

Puis ce fut assez. Les forces de l’ordre nous ont dit de dégager la rue, plusieurs fois, et ont poussé tout le monde à l’autre extrémité de la rue en faisant avancer les camions. Ils n’ont pas formé une ligne compacte d’un bout à l’autre de la rue, mais plusieurs petites lignes qui avançaient dans la rue. Ils demandaient aux gens de sortir ou les poussaient brutalement. On a été quand même chanceux, nous avons eu droit au «bitte » et ils ne m’ont pas touché. Faut dire bien franchement qu’avec mon permis de séjour je n’avais pas envie de jouer avec le feu… Pwel n’a jamais obtempéré autant que ça, aussi vite je pense…

On s’est juste déplacé dans une autre grande place/ intersection pleine de bars et de clubs. C’est là que j’ai vu les premiers cocktails Molotov de la nuit et que les bouteilles ont recommencé à pleuvoir. C’est aussi là que j’ai vu un espèce de gros tank avec un canon à ondes et que nous nous sommes fait charger directement pour la première fois de la nuit. Avant, étant donné que nous ne mettions le feu à rien, nous étions ok même si nous étions des fois très près des policierEs, mais rendu là ils rentraient dans tout ce qui bougeait. Rendu là on avait besoin de courir très très très vite… Rendu là ils attrapaient les gens pour les arrêter.


C’était chaotique; les gens tapaient sur les véhicules des forces de l’ordre en marche tout en hurlant des « fuck you! », les véhicules allaient de tous les côtés, les colonnes d’uniformes casqués rentraient dans les gens de tous les côtés, des gens saouls criaient et riaient et nous entendions des petites explosions un peu partout. Et toujours la musique des bars et des clubs, qui n’étaient pas fermés mais pourtant si près de l’action, en arrière plan.

Nous sommes restés là un bon bout, mais ça se sentait que l’ambiance était différente. Il y avait tout à coup plein de gens saouls partout qui venaient grossir les groupes de manifestantEs. C’était plus difficile de nous séparer et nous paraissions plus imprévisibles qu’avant.

Nous sommes partis juste avant qu’ils ne tirent avec les canons à eau.

lundi 10 mai 2010

Erste Mai in Kreuzberg

Pour le premier mai, nous sommes allés manifester à Kreuzberg, un quartier de Berlin qui a connu son temps de squats autogérés, de mouvements alternatifs et révolutionnaires, et d’émeutes, dans LA manifestation anticapitaliste organisée par différents groupes. Cette manifestation est connue pour son agitation, et c’est donc devenu un rendez-vous annuel entre manifestantEs et forces de l’ordre. Les prochains billets seront une description de ce que j’ai vu et vécu. Je finirai par une analyse partielle de nos manifs à nous en prenant celle de Kreuzberg comme point comparatif.


LE REGROUPEMENT


Fouille polie, mais ferme à l’arrivée sur le site de départ. Les forces de l’ordre disaient « bitte (s’il vous plait)». Interdiction de masques, de cagoules et d’objets pointus.Et plein d’uniformes sur les toits tout autour.
Sur le site il y avait toute sorte de gens de tous les âges et de plusieurs provenances politiques différentes. Il y avait aussi des enfants et des bébés dans des poussettes. Il y a eu des discours pas très longs et dans plusieurs langues différentes. Il y a même eu deux discours différents venant de deux camions installés un à côté de l’autre. Nous n’avons pas trouvé ça très poli…


LA MANIFESTATION

Je n’ai jamais participé à une manifestation de ce genre. La puissance, la vitesse, l’autorégulation.

Il n’y avait aucune police, aucun personnage avec un petit dossard pour nous dire ou aller. Personne pour encadrer la manifestation. Mais croyez-moi, elle n’avait besoin de personne pour l’encadrer. J’avais l’impression que le trajet était connu des autorités; les rues étaient vides de voitures et il y avait des forces de l’ordre pour nous attendre vers la fin, mais avant ça les participantEs étaient complètement seulEs. Devant, au moment de bouger, il n’y avait plus d’enfants, plus de poussettes. Il semblerait qu’il y a un temps et un lieu pour tout.


Ça allait vite. On marchait très vite. En voulant prendre une photo de la bannière de tête, nous nous sommes retrouvés en avant avec des gens qui portaient foulards, lunettes de soleil et capuchons noirs. Comme quoi l’interdiction de porter des masques n’empêchait en rien le black block de cacher leurs visages. Ils et elles étaient vraiment beaucoup. Beaucoup plus que je n’en ai jamais vu en même temps dans n’importe quelle manif montréalaise. Nous sommes restés là un petit bout à scander des slogans anticapitalistes. C’est mon côté touriste, mais gueuler en allemand je trouve que ça donne du punch.

Fait intéressant; nous n’avons arrêté nulle part en cours de route. Pas de regroupement devant telle ou telle bâtisse symbolisant ce contre quoi nous étions. Pas de discours, pas de raison de se séparer ou de perdre le rythme. J’ai adoré.

La vitesse, le fait qu’on prenait toute la rue et les deux trottoirs, la force des voix mis en commun, le fait que quand je me retournais je ne voyais ni la fin, ni les forces de l’ordre, mais une mer de noir et de rouge, tout ça m’a donné la chair de poule. Sérieux.

Nous nous sommes déplacés à l’intérieur de la manif. Plus loin derrière il y avait des camions qui crachaient de la musique, des groupes communistes, socialistes, latinos, des clowns maquillés, des anarchistes... On voyait les visages; des jeunes adultes, des moins jeunes, et de tout jeunes adolescentEs.

Je n’ai vu personne casser quoi que ce soit, personne hésiter à une intersection, personne hésiter à prendre la rue.



La manif a arrêté aussi brusquement qu’elle avait commencé, nous étions à une intersection de plein de rues qui est aussi dans une grande place ouverte avec plein de bars et de clubs qui jouaient de la musique. Des restaurants et des snack-bars étaient pleins de gens, curieux, mais qui ne semblaient pas du tout apeurés, sur leurs terrasses et nous les frôlions en nous demandant ce qui allait se passer maintenant.

mardi 13 avril 2010

"Budget Bachand - Une rupture avec la social-démocratie québécoise"

Benoît Lévesque - Sociologue et professeur émérite (UQAM)


[...]

Non seulement la concertation avec la société civile a-t-elle été absente pour prendre ce grand virage amorcé avec le budget, mais ce dernier indique en outre que la participation citoyenne sera réduite avec la disparition de plusieurs organismes autonomes ou paritaires.

[...]

À la différence des biens privés purement marchands, s'en remettre au principe de l'utilisateur-payeur pour les services collectifs fait la preuve d'un sérieux manque de perspective, surtout pour un ministre des Finances. L'idée que tout bien a un prix prend du sens quand il est possible d'établir une équivalence entre un bien et un prix, comme c'est le cas des biens privés. Mais en raison des conséquences économiques et sociales que représentent les biens publics, il nous semble que la société dans son ensemble se doit d'être partie prenante des décisions et des coûts qui en résultent.

[...]

Une vision tronquée de la société

Le budget fait appel aux Québécois comme si leur société n'était composée que d'individus. Si la société moderne est effectivement composée d'individus, elle peut aussi être caractérisée par son capital social, ses communautés, ses associations, ses coopératives, ses mouvements sociaux, ses appartenances multiples. Sous cet angle, ce qui est satisfaisant pour l'investisseur ou même pour le consommateur ne l'est pas nécessairement pour le citoyen.

Robert Reich, l'ancien secrétaire du Travail sous le président américain Bill Clinton, l'a bien cerné en écrivant que la force du néolibéralisme est d'avoir réussi à laisser croire que ce qui est bon pour l'investisseur (les rendements les plus élevés) et que ce qui est bon pour le consommateur (les prix les plus bas) correspondait à l'intérêt général, laissant ainsi supposer que tel était le nouveau régime de citoyenneté.

Pour ceux qui ont réussi et qui ne voient dans une société qu'une somme d'individus, «rien n'est gratuit, il y a ce que chacun paie et ce que chacun fait payer aux autres». Pas étonnant que le ministre Bachand ait été chaleureusement applaudi par la Chambre de commerce! On sait en revanche que sans soutien collectif, il serait très difficile pour les individus de s'enrichir. En s'en remettant à quelques économistes et en suivant les conseils des mieux nantis, le ministre a adopté un argumentaire qui, se prétendant «lucide», relève au contraire d'une vision tronquée de la société.

[...]

Le découpage et les caractères gras sont de moi.
Je ne crois pas que le salut est dans la social-démocratie mais j'aime bien ce texte pour ce qu'il dénonce.

Toute une claque dans la face en revenant de vacances... Sérieux ça me donne un petit mal du pays tout ça.

mardi 6 avril 2010

Ça devait être un dimanche si beau...

mon coeur est plein d'amour, c'est de chez nous... J'étais émute, je partage !!

bravo, le concept et malade et le cartoon vraiment en Jean-François Lessard...

mardi 9 mars 2010

"Contre Culture à vendre"



J'aime bien. Je trouve que c'est un bon début à une réflexion plus large. J'aime beaucoup certaines images, mais je trouve aussi que certaines questions se posent...

"Spécialiste du Che" pour moi c'est un peu nébuleux... J'aurais aimé savoir de quelle discipline elle vient.

Par contre "Militant d'extrême gauche" pour moi ça ne veut rien dire. Qu'est-ce qui a motivé le choix de ce gars là versus unE autre militantE? J'aurais bien aimé le savoir.

samedi 27 février 2010

"Petits rappels aux riches de ce monde"

(Parce que c'est beau...)


«Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui.» -- Laurence Peter


Pourquoi ne pas facturer à Rio Tinto Alcan, une compagnie étrangère, le vrai coût de son électricité pour produire de l'aluminium? Pourquoi ne pas faire la lumière sur la corruption qui coûte 30 % de plus aux Québécois, ce qui équivaut presque au déficit actuel du gouvernement selon l'ancien ministre des Finances Jean Campeau?

Pourquoi le gouvernement n'actualise-t-il pas la Loi sur les mines afin de récupérer une somme de 200 millions en redevances? Pourquoi le gouvernement ne prête-t-il pas lui-même aux étudiants directement, au lieu de faire affaire avec les banques, dans le cadre du programme des prêts et bourses, une économie de 48 millions de dollars en intérêts? Pourquoi le salaire d'un recteur est-il pratiquement le double du salaire du premier ministre du Québec?

Comment un associé principal du cabinet d'avocats Davies Ward Phillips & Vineberg, comme Lucien Bouchard, dont le bureau défend la firme Conventree de Toronto impliquée dans le scandale des PCAA, peut-il nous faire la leçon? Avez-vous oublié les mises à la retraite? Le seul qui devrait prendre sa retraite, c'est Lucien Bouchard.

Les droits de scolarité sont déjà dégelés. En effet, d'ici 2012, les étudiants paieront 500 $ de plus par année. Mais en contrepartie, les investissements du gouvernement libéral ne couvrent même pas les coûts de système, les bourses versées en 2009-10 ne couvrent même pas le taux d'inflation. Chaque fois qu'un étudiant investit un dollar, le gouvernement en profite pour se dégager de sa responsabilité envers l'éducation.

[...]

Mélissa Pilon - Étudiante en design graphique à l'Université du Québec à Montréal

mercredi 27 janvier 2010

Les émotions et le végétarisme

Ce billet est une réponse à Nat qui est devenue végétarienne sur le coup de l’émotion suscitée par le film Earthling

Je ne doute aucunement de la véracité du message du film, mais là de te voir devenir végétarienne à la suite de son écoute... ben désolée, mais je n’ai pas pu me retenir d'avoir un sourire en coin...

Parce que oui être végétarienNE pour des raisons politiques je n'ai absolument rien contre ça, mais de se laisser influencer par un film ben je sais pas Nat... Je trouve que ça ne fait pas sérieux...

Surtout qu'avant même d'essayer de faire pleurer assez tout le méchant occident pour leur dire que la viande a été produite dans des conditions inhumaines (haha belle expression, comme si on traitait mieux certains d'autres humains, mais bon c'est pas le sujet...), il faudrait faire de l'ÉDUCATION pour leur dire que d'autres façons de consommer de la viande existent.

-La viande chassée (les phoques d’ailleurs auraient été une excellente idée)
-Faire affaire avec des fermierEs locaux qui ne produisent pas industriellement (ça vaut pour les fruits et les légumes aussi!)
-Acheter des produits clairement identifiés comme ayant eu de "bonne conditions" d'élevage (par exemple les oeufs des poules en liberté)
-De la viande d'animaux moins connus ou plus rarement mangés, donc qui a dû être élevé a une plus petite échelle (le cheval, le sanglier...)

Ben oui tout ça coute plus cher, mais vous savez tous ce que j'en pense: on ne paye pas le vrai prix pour nos choses et l'illusion industrielle est là pour qu'on continue.

En plus, avoir des liens avec des agriculteurs-trices des chasseurs-euses et des pêcheurs-euses, ca peut juste nous être bénéfique. Avoir des liens entre humains c'est juste bon, et savoir d'où vient notre bouffe c'est juste bon aussi.

Bref, sois végétarienne si tu veux (et tes oeufs et ton fromage, ça ne te dérange pas que pour l'obtenir, les poules et les vaches soient torturées?!), mais quand tu me dis que c'est à cause d'un film-choc commenté par Laraque, euh je te fais une face et ce même de l'autre côté de l'océan^^

dimanche 17 janvier 2010

vendredi 8 janvier 2010

Earthlings...

Ce soir, à l'UQÀM...

à voir... J'y serais, il me tarde tristement d'y être.

Entendre un joueur des canadiens... ici qui présente le film, mieux il fait la naration du film en français.

Et quand il dit que les commentaires de Petrovsky sont caves, ça n'a pas de prix :))

Bonne écoute ^^


On peut écouter le film sur le net : ici !!