mercredi 5 août 2009

Quand une femme est un dû

Hier en écoutant les nouvelles à Radio-Can, j'ai entendu une nouvelle d'un tireur fou qui était entré dans un cours d'aérobie et qui avait fait trois victimes.

La première pensée qui m'est venu en tête est: "Me semble qu'il ne devait pas y avoir beaucoup d'hommes dans un cours d'aérobie".

Voilà. Trois femmes sont mortes.

Elles sont mortes parce que le type en question était convaincu qu’il devait en posséder une pour être un homme. Elles sont mortes parce qu’il n’avait pas eu de sexe depuis 1990. Elles sont mortes parce qu’il était convaincu que 30 millions de femmes l’ont rejeté.

Évidement, la majorité va mettre ça sur le dos de sa santé mentale chancelante (pour ne pas dire déficiente) sans aller plus loin, mais je reste convaincue dans ce cas là, que ces femmes sont mortes parce que le type ne pouvait pas admettre que ÇA SE PEUT être célibataire, et que ÇA SE PEUT que les femmes puissent décider avec qui elles sont. Que l’eau de Cologne et une petite gueule carrée ne sont pas une garantie d’attraction, surtout quand ça cache un psychopathe.

En plus, vous imaginez comment il devait approcher les femmes? Ça ne devait pas être très attirant merci…

Il n’était pas amoureux, il n’avait pas de peine d’amour (ce qui n’aurai rien rendu plus excusable). Il voulait une femme. N’importe laquelle pourvu qu’elle soit attirante et attentive. Un beau faire-valoir à qui il aurait pu raconter sa dure journée au bureau.

Et j’ai hoché la tête de découragement et de dégoût quand j’ai lu ce que sa voisine en disait. Parce qu’elle ne l’avait jamais vu avec une femme, elle a juste assumé qu’il était gai!

Les raisons pour qu’un cinglé pète sa coche sont plurielles. Mais dans le cas présent, j’en relève deux principales. Cette conviction profonde pour certaines personnes qu’un homme doit posséder une femme, que c’est un dû, c’est « naturel », et cette autre conviction que le célibat est nécessairement une honte, une tare, qu’il faut éviter à tout prix.


***

Dans un autre ordre d'idée, mais sur le même thème, en fin de semaine, je jasais avec un client régulier à mon travail qui s’est surpris parce que j’ai repris son français :

Client amusé : « Tu te permets de reprendre le monde? »

Pwel : -Ben les gens que je connais un minimum oui. Si tout le monde reprenait tout le monde, nous aurions tous un meilleur français

Client réfléchissant : - C’est pas fou ce que tu dis. Moi je corrige seulement ma blonde parce qu’elle éduque mes enfants. Faut qu’à parle bien, c’est une grosse responsabilité.

Pwel, souriant narquoisement : - Tu veux dire que tu corrige ta blonde qui a assez un grand cœur pour éduquer tes enfants d’un premier mariage, leur faire faire leurs devoirs pendant l’année scolaire, leur faire à manger, et les coucher pendant que toi t’es ici à boire?

Client : …

1 commentaire:

anarchopragmatisme a dit…

Excellent billet!

"Et j’ai hoché la tête de découragement et de dégoût quand j’ai lu ce que sa voisine en disait. Parce qu’elle ne l’avait jamais vu avec une femme, elle a juste assumé qu’il était gai!"

Ça c'est un gros problème que j'ai moi-même et ce genre d'homophobie n'est pas dénoncée par les fémi-favoritistes.