vendredi 14 novembre 2008

Annuler son vote et ne pas voter: même combat?

Belle initiative du Directeur génétal des élection du Québec. Plein de truc évidents mais aussi moins évidents, et pas seulement pour les jeunes...

Annuler son vote, c'est se prononcer contre les candidats qui se présentent ; ne pas aller voter, à la limite, c'est se prononcer contre le fait même de voter [...]

À propos de la phrase précédente... J'aurais rajouté "ou les partis" après le mot "candidats" et j'ai prit la liberté d'ajouter des crochets là où dans le texte original ils disent "contre la démocratie!". Hihi j'ai manipulé le texte! Mais je ne peux pas être d'accord sur le fait que les gens qui ne votent pas sont contre la démocratie, certains sont même en faveur d'une démocratie plus parcitipative.

J'ai beaucoup apprécié les "informations de vote", dont qui se présente pour quel parti, même s'il est un peu tôt encore et que ce n'est pas tous les candidats qui sont officiellement inscrits(Manon Massé n'est pas encore candidate selon le site même si on voit sa binette dans ma circonscription). J'ai aussi apprécié la section "votre opinion sur..." où il commence à y avoir de plus en plus de commentaires, ma foi, pas mal pertinents.

Ben non, ce n'est pas tous les jeunes qui se désintéressent de l'action de voter:).

2 commentaires:

Dave Thompson a dit…

Je suis ici pour te dire que je suis contre la démocratie.

Pour moi la démocratie c'est 2 loups et 1 mouton qui votent sur qu'est-ce qu'ils vont manger pour souper.

Si la démocratie permet que 51% des électeurs votent pour voler l'argent du reste de la population, la démocratie est invalide.

Si la démocratie permet ce qu'on voit autour de nous, la démocratie est un système complètement invalide. Comme on dit ça sert à rien de réarranger les chaises sur le pont du Titanic.

J'ai activement recherché un moyen d'empêcher les partis de recevoir une cenne de mon vote, et la seule solution que j'ai trouvé c'est de me faire enlever de la liste électorale.

Alors non seulement je n'irai plus jamais voter, mais je me ferai retirer de la liste par principe.

Je ne veux pas forcer mon opinion sur toi, et c'est la même chose que je te demande. Le seul problème c'est que sous un gouvernement (que j'appelle affectueusement le monopole violent) que si tel ou tel parti gagne une élection, ses opinions seront imposées sur tout le monde à la pointe d'une arme, sous la forme de taxes, de lois, de bureaucraties, de programmes inefficaces et la corruption qui gaspillent la richesse collective.

Il existe une solution: la société volontariste. Une société dans laquelle personne ne peut utiliser la violence du gouvernement pour imposer ses projets ou ses idées. Une société dans laquelle toutes les associations sont volontaires, un système qui n'est pas basé sur une violence que la majorité ne voient même pas.

Va sur www.freedomainradio.com avec un esprit ouvert, tu découvriras comment on peut vraiment atteindre une meilleure société, et peut-être éliminer le monopole violent, ses guerres et ses taxes dans notre vie...

Catherine L-Bibaud a dit…

Fort intéressant le commentaire précédent... Réflexion poussée sur la justification de ne pas voter pour protester... Dave Thompson va plus loin en indiquant qu'il s'est même retiré de la liste électorale. Je trouve sa vision intéressante d'autant plus qu'il amène des bonnes idées, et m'apprend la notion de société volontariste. Ma question est comment s'organiser, comment se rejoindre sans le billet d'une expression quelconque par un vote quelconque, sur un sujet quelconque (d'abord l'idée des référendums d'initiative populaire soumise par le PQ est excitante, bien que je ne sois pas une fan du PQ)? Les étudiants ont leurs AG pour voter, et en n'allant pas voter, ils viennent renforcer l'idée du "boycott" inventée et légiférée par le PLQ (un danger pour la démocratie) et s'attaquent ainsi au droit de grève. Ceci dit, je suis peut-être naïve et pas assez créative, mais je suis de ceux et celles qui croient encore à la démocratie... que si les individus prennent le temps de bien s'informer, peuvent rendre le peuple sage et intelligent. Bref, l'inverse existe aussi, le peuple peut être endormi, mais ce sont ceux qui font l'histoire qui le réveille. C'est arrivé, et ça peut arriver encore. Rien ne vaut une majorité qui tient au bien-être de tous...